... Info #N°( 118)

tritre:

Envoi du: 17.12.2014.
  >>INFO :


Nous vivons en direct dans notre famille Grecque pendant nos vacances, la crise politique dans ce pays, déjà durement éprouvé par la crise économique et sociale. Le parti de la gauche radicale Syrisa et son jeune leader Alexis Tsipras, espèrent gagner les élections législatives du 25 janvier prochain après la dissolution de l’Assemblée Nationale ce lundi. L'Europe doit entendre ce message de détresse.

Elections cantonales 2015. Mon choix est fait.  Je l'annoncerai le moment venu.

Merci pour votre fidélité.


La gestion locale est la pierre angulaire de l’action publique. Mais seule elle n’est rien. Dans cette hypothèse, elle n’est que la déclinaison territoriale de connaissances techniques, administratives et financières gérées  par des technostructures, certes compétentes et dévouées.

Elle doit donc être légitimée par le suffrage universel, et accompagnée par un militantisme de valeurs humanistes, renforcées par l’organisation d’une démocratie citoyenne territorialisée. La démocratie représentative doit en effet mieux associer dans ces choix la démocratie participative trop souvent négligée. Cette nécessaire continuité entre ces deux formes de gouvernance locale, doit se nourrir d’un référentiel de choix socio-politiques autour d’un État régulateur (notamment de la finance internationale) et d’espaces de liberté laissés aux acteurs économiques et associatifs.

Imprégné de ces convictions, j’ai, dès mon premier mandat, proposé à mes collègues d’honorer  trois grands français. L’histoire de France a gravé leur héritage dans le marbre de notre mémoire collective.

Mes prédécesseurs avaient déjà délibéré pour donner à une voie publique vicquoise le nom du Général de Gaulle. Nous avons salué cette décision et donné une autre dimension à la manifestation patriotique du souvenir du 18 juin.

Sur ma proposition, le conseil d’administration du lycée a choisi  le nom de Pierre Mendès France, officialisé en 1984, lors d’une inauguration solennelle présidée par mon ami, le Premier Ministre Pierre Mauroy (seule visite à Vic en Bigorre d’un chef de gouvernement en exercice).

Selon la même initiative et la même  procédure, le collège agricole, devenu lycée agricole et forestier lors de mon passage au ministère de l’agriculture, porte désormais le nom de Jean Monnet, en hommage à ce grand européen.

Aujourd’hui, le monde est en crise, l’Europe est inaudible, la France doute de son rayonnement international et de son potentiel de développement pourtant réel, enfin la classe politique est jugée sévèrement  pour ses turpitudes et son incapacité à apporter des réponses concrètes aux attentes citoyennes.

Alors, ce triple héritage assumé garde toute son actualité. Je suis fier de l’avoir inscrit dans le patrimoine public local. Mon parcours dans les différentes responsabilités locales et nationales, que j’ai eu la chance d’exercer, je l’ai aussi voulu aux législatives de  1988, dans une démarche collective militante reconnue, en dehors de formations politiques. La liberté d’action et de pensée de mon action publique, parfois incomprise, m’a amené sur des chemins souvent escarpés. Ma fidélité à Pierre Mendès France, ma proximité avec Pierre Mauroy et Michel Rocard, mon respect pour Simone Veil, en sont des marqueurs assumés. Ces 38 années de vie politique, complètent une vie personnelle, familiale et professionnelle au service de leurs valeurs républicaines et de progrès, dans de belles complicités collectives.

Le temps d’une autre vie est venu, sans fonctions électives territoriales, au service de ces mêmes valeurs, celles de Jean Jaurès, nourries désormais par des réponses concrètes, écologiques et économiques, aux inquiétudes sociétales actuelles,  .

Le temps du bilan viendra.




Imprimer